L’érotomanie est une pathologie d’ordre psychiatrique. Elle se manifeste par la conviction délirante d’être aimé. Ce trouble de la sexualité apparaît souvent chez la femme. Et l’érotomane adopte des comportements répréhensibles et va plus loin qu’un fan de chanteur.

Les déclencheurs du délire

L’érotomanie est souvent déclenchée par un acte, une parole ou un comportement involontaire de la personne faisant l’objet de l’amour non partagé. La personne ne sait pas qu’il a déclenché un déclic chez l’érotomane. Ainsi, ce dernier déduit les mots ou les actes de son interlocuteur comme une preuve d’amour. L’érotomane invente donc dans son esprit un fantasme d’une histoire d’amour partagée entre lui et sa victime. Cette pathologie peut présenter des risque,s car elle peut entraîner des comportements agressifs et dangereux.

Les phases de l’érotomanie

Les phases de l’érotomanie sont : l’espoir, le dépit et la rancune. La phase d’espoir se caractérise par des tentatives de l’érotomane à multiplier des échanges amoureux avec son soi-disant être aimé. L’érotomane fait donc en sorte de favoriser le rapprochement entre lui et sa victime pour passer des moments privilégiés entre amoureux : présence constante à ses côtés, envoi de courrier, différents actes d’amour. Après une longue période d’espoir, la phase de dépit prend place. L’indifférence ou le refus de la personne aimée va conduire légèrement l’érotomane vers cette phase. Une fois la phase de dépit terminée, l’érotomane voit la réalité et s’aperçoit de l’amour non partagé. C’est là que naît la phase de la rancune.